1936 naissance de l'UNTC

1er Congrès U.N.T.C : du combat des “tuberculeux” pour la VIE ... à la lutte contre les DISCRIMINATIONS 

à l’exemple de la classe ouvrière les Personnes Handicapées défendent leurs droits et jettent les bases de leur organisation revendicative en une Fédération unifiée des malades et anciens malades des sanatoriums U.N.T.C. (Union Nationale des Tuberculeux Civils)


Maladies et handicaps :

évolution du mouvement associatif
de la Révolution ... au 21è siècle

Dans l'article 23 de la déclaration des droits de l'homme de 1793, un principe est proclamé :
"La société doit la subsistance aux citoyens malheureux, soit en leur procurant du travail, soit en assurant les moyens  de subsister à ceux qui sont hors d'état de travailler".
Cette déclaration faisait donc figurer la solidarité de la société envers les personnes pauvres, malades ou handicapées, parmi les droits inaliénables des citoyens.
La Convention crée alors l'Assistance Publique en confiant au budget de l'Etat le soin de répartir sur l'ensemble du territoire, les sommes nécessaires à l'entretien des hôpitaux et à l'existence des citoyens hors d'état de travailler. Si elle n'eût pas les moyens de réaliser cette ambition généreuse, le directoire devait, en 1796, en tirer la leçon en chargeant les collectivités locales du soin des hôpitaux et des bureaux de bienfaisance.

Le principe de solidarité de la nation envers les indigents et les infirmes se trouvait posé pour la première fois.







19 août 1936

19 août 1936

Dépôt des statuts de l'UNTC par Robert BURON


25 mars 1938 Déclaration de la FNTC siège : 28 rue Bonaparte - PARIS 6è (J.O du 22 avril 1938 pages 4-6-7-9)



Parmi les premières organisations de personnes handicapées civiles (1920 - 1936), les Associations de malades, de tuberculeux.

L'état sanitaire du pays, après cette longue et dure épreuve, pose problème.
Non seulement 1 500 000 combattants sont morts,  les populations civiles ont payé leur tribut, mais les mutilés se dénombrent en centaines de milliers.
On assiste, d'autre part, à une recrudescence des infirmités congénitales et au développement alarmant de la tuberculose. Aiguillonnées par cette situation, la médecine, la chirurgie et les sciences, accomplissent des progrès spectaculaires. Une médecine sociale s'instaure avec les moyens de dépistage et de traitement appropriés.
Tandis que s'ouvrent les dispensaires, on découvre l'ampleur de l'endémie tuberculeuse et de ses ravages.
Les malades, hommes ou femmes, de plus en plus nombreux, vont devoir quitter temporairement leur foyer pour des traitements longs et onéreux dans des établissements de cure éloignés de leur résidence.
C'est sur ces lieux de rassemblement de malades que naîtront spontanément, des groupes qui essaieront de répondre aux besoins nés de la vie en collectivité, sous forme d'amicales.
Suzanne Fouché, alors en traitement à Berck, eût dès 1927, l'idée de regrouper ces amicales de sanatoriums, en une Fédération des Amicales de Malades.

L’influence du front populaire dans les sanatoriums

Les puissants mouvements sociaux qui ont précédé et marqué l'avènement du Front Populaire eurent, inévitablement, une résonance dans les milieux populaires des sanatoriums.
C'est dans ce contexte que s'est constituée, fin 1935, l'Union Nationale des Tuberculeux Civils (UNTC) réalisant une véritable coordination entre les amicales de sanatoriums, l'une des premières associations de malades ayant un caractère syndical et représentatif.
Ses animateurs sont Robert Buron, qui jouera ultérieurement un rôle politique important sous la IVème et Vème République, et Suzanne Fouché.
Comments